Deux ou trois choses sur Lady Gaga

(Born this Way Ball à Anvers le 29 sept 2012)
Lady Gaga and Little Monsters in Antwerp
photo (c) Pierre Mansour

Lady qui?
Depuis des semaines elle est l’objet de ma curiosité, car il n’y a pas d’artiste qui suscite autant de réactions que Lady Gaga, et rien que ce fait la rend intéressante à mes yeux: 29.000.000 de fans, et sans doute autant de ‘haters‘: médias, bien pensants et autres puritains qui la haïssent pour son succès, ses ‘caprices’, sa grande gueule, ses flirts avec l’obscur, ou simplement pour son image ‘sex and drugs’, ou qui sait pourquoi?

Regarde ce merveilleux public!
Avec des tickets obtenus en dernière minute (le ‘Born This Way Ball’ fût sold out en moins d’une heure!), et ayant rangé au placard ma peur de la déception, je me suis rendue à Anvers. Mon fils, grand amateur de rock, a accepté de m’accompagner, et je l’en remercie de tout coeur. En attendant des heures l’ouverture des portes, nous nous sommes amusés à observer le public. Supercool! C’est une sorte de tradition lors des concerts de Gaga: le public se sent libre de s’exprimer à travers des tenues excentriques et très personnelles. Nous avons croisé des drag queens aux talons vertigineux, des petits monstres aux cheveux mauves et verts, des gothiques multicolores, des squelettes en smoking, des visages pleins de paillettes, ou tout simplement des bourgeoises qui avaient enfilé pour l’occasion des mitaines fluos. Soyons fous.

Le Show, le Big Show!
Après un moment d’attente avec des performances de Lady Starlight, un rideau nous a révélé le nom d’un groupe anglais: The Darkness, qui a donné un bref concert hard rock de qualité. Ensuite, comme par enchantement, le décor de Gaga est apparu, et dans une lumière féerique nous avons été invités dans la vie de château de sa famille de créateurs, la Haus of Gaga. Le Show! Moments d’électro disco beat digne des grandes boîtes de nuit folles, de paroles au public “Antweerrp!” et “Get your hands up!“, mises en scènes d’une autre galaxie, timing parfait, costumes et décors burlesques et moments rock and roll à la guitare et la basse puissantes, elle a finalement enjambé sa moto sur laquelle elle a monté un piano pour une brève version de ‘Hair’, une de mes préférées, introduite par un discours émancipatoire: “You’re not dressed like ME anymore, you’re dressed like YOU”, où elle remerciait le public de ne plus la copier et de devenir de plus en plus lui-même.

Voici Mother G.O.A.T. (Government Owned Alien Territory in space), réplique animatronique en 3D du visage de Gaga, qui flottait au-dessus de la scène et jouait la narratrice du spectacle. (photo: Simon Vreux)

De mauvais poil, Gaga et moi
Elle était en forme, mais elle avait la rage. Dès le début elle a verbalement fouetté le public du balcon VIP: “Je vous ai offert des billets et je vous ai à l’oeil, avec vos beaux costards, vos chaussures cirées et vos belles ceintures! Vous ne bougez même pas le cul! Moi je bosse dur pour vous offrir un bon show alors j’aurais voulu vous voir vous éclater. Je vous souhaite de vous bourrer et d’avoir une terrible gueule de bois demain matin. Get up on your fucking feet!“, pour ensuite se tourner vers ses vrais fans au Monster Pit (fossé aux monstres, entre la scène et le cat walk): “I love YOU, and YOU, and YOU, and YOU!“. Et elle est revenue sur sa rage envers les “rich people with the expensive seats, sitting on their ass” (riches aux places assises qui coûtent la peau des fesses et qui restent assis sur leur cul). Je me suis dit qu’elle aussi était de mauvais poil.

J’en souffrais aussi un peu, de la mauvaise humeur. Pas contre Gaga, mais contre l’industrie de la show business et le Sportpaleis. Payer des tickets à minimum 75€ (plus frais absurdes), se faire écraser par la foule lorsque les barrières s’ouvrent, passer six heures debout pour ensuite se trouver au parterre sans voir beaucoup plus que ce que les grands écrans sur le côté veulent bien montrer: je ne suis pas trop d’accord. Et Gaga, elle connait les histoires des mamans seules qui se privent de nourriture décente pour pouvoir offrir un billet à leurs enfants. Comme à tous ses concerts, Gaga a remercié le public d’avoir payé tant d’argent pour un ticket. “Je n’ai même pas vraiment de maison. Tout ce que je gagne pour cette tournée sera investi dans mes prochaines productions qui coûtent une fortune“. (Il s’agit d’ARTPOP, son prochain album auquel elle travaille sans arrêt.)

Médias: cessez de traiter la femme comme de la viande!
Sa rage, elle l’a aussi dirigée contre les tabloids immondes qui ont mal photoshoppé son récent (et minuscule) gain de poids. Contrairement aux concerts précédents, à Anvers elle n’était pas en string sur scène, mais nous a fait découvrir une nouvelle tenue rock and roll (signée Versace) très habillée. Elle a profité d’Americano, où l’industrie de la viande est utilisée comme métaphore de l’exploitation féminine pour fulminer contre les médias: “Arrêtez de traiter les femmes comme de la viande!”. Pendant ce ‘morceau’, Gaga et les danseuses portent des robes en steak et la chanteuse est enfoncée dans un broyeur géant (d’après l’image que la revue porno Hustler avait affichée sur l’une de ses couvertures).

De plus, les photographes de presse ne sont plus admis aux concerts. Une autre particularité bien à elle, c’est que Gaga préfère faire confiance aux fans plutôt qu’à la presse. Du coup, mon fils, Little Monster en puissance, en a profité pour filmer, avec un simple appareil photo, un des plus délicieux moments du concert: Gaga et 6 Little Monsters qui chantent et dansent sur ‘Marry The Night’.

Le show était parfait, trop parfait! Je me suis régalée à chaque instant, les émotions se suivaient de près, au point où j’avais à peine le temps de les vivre. La précision des danseurs, la cohérence du programme, la voix et l’énergie d’une Gaga peu sentimentale et plutôt fâchée, militante et déchaînée, ses échanges succulents avec le public… les phéromones fusaient dans la salle. Juste un petit regret: elle n’a pas chanté ‘Princess Die’, ballade complexe dénonçant la cruauté de la célébrité, souvent dédiée à des icônes comme Lady Di et Amy Winehouse. Je l’avais tant attendue. Je m’en vais revisionner une des vidéos live. Et je vous mets au défi de ne pas pleurer.

Quant à mon fils, il me dit avoir été très surpris. Agréablement surpris: “On sent que c’est une vraie artiste, une toute grande. On va encore longtemps entendre parler d’elle.” Et moi, mon seul regret aurait été celui de ne jamais avoir vu Gaga. Car pour moi, Lady Gaga se déguste Live, toute crue.

Voir également mon article précédent sur Lady Gaga et sa sensibilité politique – et les commentaires plus bas!

This entry was posted in Art, Born This Way Ball, Emancipation, Français, Lady Gaga, Presse. Bookmark the permalink.

12 Responses to Deux ou trois choses sur Lady Gaga

  1. Pingback: Body Revolution 2013 : “Un peu de compassion, bordel!” | Brusselsislove's Blog

  2. aurelie says:

    nous elle la chanter princess die ce dimanche 30 septembre a une fille qui avait ses dix huit ans le 30

    Like

  3. Tommy Gaga says:

    super bien écrit, très émouvant.

    Like

  4. Marie Gaga says:

    très bon texte engagé, merci pour le partage

    Like

    • Merci Marie Gaga, d’avoir lu. Vous avez un chouette nom! Avez-vous vu la petite vidéo aussi? Celle avec les Little Monsters (et celle de ‘Princess Die’)? N’hésitez pas à partager si vous avez aimé. De tout coeur!

      Like

  5. I hope you enjoyed Lady Gaga’s Concert… It looked Amazing!
    J’espère que vous avez apprécié Concert de Lady Gaga … Il avait l’air incroyable!

    Again Thank you for visiting Dreamwalker’s Sanctuary
    Encore une fois Merci d’avoir visité Sanctuaire de marcherêve

    Like

  6. Jonathan hoy says:

    Coucou je suis la licorne sur scéne🙂 Trés beau votre article ! Vous avez pu voir lady gaga en vrai et non pas en pature des médias ! Elle est une grande artiste! Merci pour la video!
    JASON

    Like

  7. mat says:

    trop fort hoy !!!

    Like

  8. Pingback: Un amour de Lady Gaga à Tel Aviv | Kef Israël

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s