Ce que je vois quand je vois Maggie.

Quand je vois Maggie, je ne vois pas une dame de fer.
Quand je vois Maggie, je ne vois pas une politicienne avec une vision.
Quand je vois Maggie, je ne vois certainement pas une femme forte.
Photo: xpat.com

Photo: xpat.com

Même en écoutant ses dizaines d’interviews, je n’entends rien de neuf venant de Maggie. Aucun argument, aucune réflexion surprenante, puissante. Bien au contraire, je vois surtout une petite dame qui a peur. Une dame qui a tellement  peur du monde et des émotions, qu’elle a fini par se blinder par tous les moyens. Une petite dame perdue dans un monde trop grand et trop étrange pour elle.

Pour se blinder, elle emploie tous les moyens: des colliers et des sacs (qui deviennent de plus en plus volumineux), un beau diplôme (qui prouve qu’elle est intelligente), et puis son équipe, et la loi (car ce n’est pas elle qui décide).

J’en ai connu, de ces citoyens du nord du pays: plus proches de la terre et de leur village que de leur pays – et plus éloignés encore du monde, ils sont un peu gênés de parler le dialecte à la maison. En tant que premiers de la famille à obtenir un gros diplôme, ils resteront toujours l’espoir et la fierté des parents, grand-parents, oncles et tantes, et parfois même du… village. Récemment enrichis, ils ne s’aventurent jamais à Bruxelles car trop dangereux, mais ils se payent de temps à autre un city trip dans une ville à la mode. Le soir, ils mangent des demi ananas fourrés de crabe achetés chez le meilleur poissonnier de la ville voisine, arrosés d’un Sancerre ou deux. Bons vivants un peu maladroits, ils arborent des lunettes de soleil de marque derrière le volant de leur grosse voiture. Ils gagnent bien leur vie, ils ont le droit d’en être fiers. Ils ont bien travaillé pour, non?

Et voilà qu’une Secrétaire d’Etat représente l’idéal (politique) d’un bon nombre de citoyens belges: elle a gardé la simplicité d’une femme du peuple qui bosse. C’est bien, c’est du solide. En plus, elle applique la loi et rien que la loi – il ne faut donc même pas remettre ses actions en question. De toute façon, on n’a pas le temps de réfléchir à tout, ou de visiter tous les pays d’origine de tous les réfugiés, tout de même!

Et pourtant, je ne parviens pas à voir en Maggie une Dame de Fer. Je vois une personne intellectuellement fragile avec un gros bouclier. Posez-lui une question inattendue et elle trébuche. Observez son langage non verbal: elle a une peur bleue (haha!) de l’imprévu. D’ailleurs, elle parle surtout en mantras insufflés par son service de communication: “La loi, c’est la loi – je suis très bien dans ma peau – la politique c’est comme la médecine: il suffit de trouver la maladie et de donner le médicament”. Les trois fois où des journalistes ont osé présenter des questions moins prévisibles, elle a commis maladresses et gaffes, allant jusqu’au mensonge. J’attends le jour où elle me surprendrait avec une réflexion sincère et authentique.

Aujourd’hui, l’héroïne du peuple a fait la une suite à une interview à la RTBF, durant laquelle elle a traité de ‘chantage’ les actions pour les réfugiés de guerre afghans. Les manifestations d’Afghans et de Belges qui veulent une réponse politique digne  ont été qualifiées comme telles, ainsi que la grève de la faim, qui a d’ailleurs franchi l’étape critique des trois semaines pour deux des quatre grévistes. Et puis souvenez-vous: dans un passé récent, la même Maggie a qualifié de ‘chantage’ la présence d’enfants afghans, de même que l’occupation d’un bâtiment vide. Les souffleurs seraient-ils à court d’arguments en appellant toute expression de désaccord du chantage?

La dame de l’Asile et la Migration me semble surtout être l’instrument d’un système perverti qui joue sur les sentiments de peur de la part d’une partie de la population fatiguée, abusée et abrutie. Et après le peuple et les réfugiés déboutés, c’est elle qui est abusée à son tour. Mais où voit-on donc une ‘femme de poigne’?

Ce que je ressens pour cette dame, c’est surtout de la compassion. J’aimerais tant partager avec elle un moment ‘vrai’. Aller ensemble visiter avec elle l’Eglise du Béguinage. Y rencontrer le Père Daniel, qui offre son toit à une bonne centaine d’Afghans. Boire une tasse de thé avec eux et grignoter des Petits Beurres distribués par un vrai réfugié. Et je voudrais surtout l’inviter à tenir la main de la petite Fatima, de Maryam et d’autres petits réfugiés, afin qu’elle ressente quelque chose, le temps d’un instant. Ne fût-ce que le froid des petites mains qui ne demandent qu’à être chauffées. Ce serait vraiment sympa.

beg

En soutien à ces hommes, femmes et enfants venus d’Afghanistan pour fuir violence et discrimination.
En soutien à ces familles désirant une vie normale avec une école, un job et un logement décent.
En hommage à ces personnes rayonnantes, vibrantes de vie, qui ont tant à nous apprendre.

Voir également: “De quoi Maggie De Block est-elle le nom?” par Michel Henrion (paru dans Marianne Belgique)

This entry was posted in Afghanistan, Afghans, Emancipation, Maggie De Block, Politique, Presse and tagged , , . Bookmark the permalink.

21 Responses to Ce que je vois quand je vois Maggie.

  1. A Kaur says:

    Article très émouvant!

    Like

  2. Damien says:

    Superbe texte!!!!

    Like

  3. Cen Drine says:

    Quand je vois Maggie j’aurais presque pitié.
    Quand je vois Marlene c’est de l’admiration

    Like

  4. Jud says:

    merci pour ce beau message je préfère 1000 fois ça que les messages de haine, c’est beau ! bravo !

    Like

  5. France D says:

    Bravo! Vous m’aidez à mieux comprendre (mais pas accepter!) les attitudes de cette personne sans coeur. Merci🙂

    Like

  6. Selma says:

    Salut Marlène,
    Magnifique texte. Essaie de l’envoyer à la Libre ou au Soir.
    C’est vraiment bien écrit et on ne sait jamais…

    Like

  7. Oscar F says:

    un texte intelligent!

    Like

  8. Couturière says:

    Pour mieux la comprendre, on peut aussi écouter les paroles de la chanson de Jacques Brel, leur vrai signification, qui ne se limite pas à une caricature des flamandes. Elle n’est qu’un pion sur l’échiquier de Di Rupo. C’est à elle qu’il a donner le sale boulot, une flamande obéissante et facilement manipulable.

    Like

  9. Nimjeet says:

    I loved the article.

    Like

  10. Melu says:

    Un article plein de sensibilité… Merci Marlene!

    Like

  11. Fabrice says:

    Très, très bien écrit ton article. On souhaiterait ce niveau de finesse et de langage dans nos journaux…
    Je vais en lire quelques autres.

    Like

  12. Jeanne Goff says:

    Un excellent article, et très subtil … tout en finesse … bravo !! malgré tout, la dame est, et reste dangereuse, manipulée ou pas .( sûrement manipulée, pour poser pour des photos de relooking !! n’importe quoi)- très bien employée comme “bouclier humain”( à son insu .?..) contre la NVA, mais malheureusement très nuisible dans l’ici et le présent . Mais, vu les last news, croisons les doigts, prions, positivons …

    Like

  13. Claude B says:

    Excellente analyse!!!!!

    Like

  14. Jacques C. says:

    Plutôt que de nous réjouir de ces économies réalisées au prix du sang de certains réfugiés renvoyé vers la mort, nous devrions avoir honte. Belgique, pays démocrate, humaniste, socialiste ? Que nenni, certain(e)s ont du sang sur les mains… Marine (que je n’apprécie vraiment pas) s’en tient à des discours, Maggie est bien pire car elle passe à l’acte…

    Like

  15. Nadine VW says:

    Je re-partage, après re-lecture. C’est fabuleux. Tout-à-fait ça!

    Like

  16. GASTON R. says:

    Difficile d’ajouter encore quelque chose au contenu de ce texte..

    Like

  17. Samfaipas says:

    tu peux pas t’occuper d’un pays si tu commences pas par t’occuper un minimum de toi…….enfin, je pense..

    Like

  18. Mme Azar says:

    beau texte, vraiment…je partage! merci.

    Like

  19. Michel Veritas says:

    Elle a sans doute besoin de se rassurer et elle agresse comme un chien qui a peur mord… Elle a une sorte du cuirasse molle pour se protéger et écraser les autres, c’est une forme de sadisme camouflé et probablement inconscient… Je me méfierais beaucoup de cette personne, j’en voudrais pas comme médecin en tout cas !

    Like

  20. Daniel Tan says:

    Bien!

    Like

  21. Mélusine says:

    On peut aussi ajouter que non, justement, “la loi n’est pas la loi”… Je ne retrouve plus les sources exactes hélas, mais la Belgique a été condamnée de nombreuses fois ces dernières années (10x en 2 ans si mes souvenirs sont bons?) par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour sa politique en matière d’accueil des réfugiés…

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s